Livres, Radio : émissions 2013

Ibni Oumar Mahamat Saleh : l’alternative démocratique tchadienne sacrifiée.

Téléchargez l’émission du 27 mai avec Guy Labertit et Gregory Protche

Écoutez l’émission du 27 mai avec Guy Labertit et Gregory Protche

Guy-Labertit

Le livre de Guy Labertit est une sorte d’aiguillon contre l’oubli. Cinq ans après la disparition d’Ibni Oumar Mahamat Saleh la recherche (réelle ou feinte) de la vérité n’a toujours pas abouti. Et la justice n’a pas été rendue… Raconter la vie d’Ibni, son ami disparu (sans doute à jamais), est pour l’auteur l’occasion de lui rendre hommage et d’apporter un éclairage sur l’histoire du Tchad.  L’ouvrage « Ibni (1949-2008), une vie politique assassinée au Tcahd » , paru aux éditions du Grigri, porte ainsi autant sur le contexte que sur le personnage d’Ibni lui-même, remémoré à travers les rencontres et les échanges qui ont émaillé la vie des deux hommes.

C’est par l’arrestation d’Ibni que commence le récit, et tout de suite, Guy Labertit se refuse à ménager les responsables politiques français : « Entre le moment de son arrestation et sa mort vraisemblablement liée aux sévices subis peu après son enlèvement, les militaires français sur place qui avaient su tirer d’affaire Idriss Déby Itno (…) étaient en capacité, s’il y avait eu une réelle pression politique de Paris, d’empêcher l’arrestation d’Ibni et de le sauver de cette fin ignoble »

Puis l’histoire reprend à son début : à la première rencontre entre Guy Labertit et Ibni, en 1975, à Orléans. Alors étudiant, Ibni fait partie du Groupe d’information sur le Tchad (GIT) animé par Jacques Guidée. Il milite aussi plus secrètement au sein du Groupe Mahamat Camara (GMC) qui rassemble des étudiants marxistes défendant les objectifs du FROLINAT, parmi lesquels Acheikh Ibn Oumar et Adoum Yacoub Kougou.

En juin 1978, il part pour le maquis. Mais la désillusion est rapide. La lutte d’influence que se livrent la Libye et le Soudan provoque l’explosion du FROLINAT. Ibni est de retour dès janvier 1979. Le GMC est dissout en mai. Ibni choisit d’être enseignant en mathématiques. Il est en Algérie à la rentrée scolaire de 1979, puis à Niamey de 1980 à 1985. Il devient alors observateur d’« une génération sacrifiée sans que l’on discerne vraiment le sens du sacrifice » (p.64). Mais le sentiment de perdre son temps l’amène à épouser l’idée d’une « troisième voie », une opposition civile, démocratique, la forme que prendra son engagement courageux, presque dix ans plus tard. Lire la suite et partager »

Agenda, concert, Livres, Radio : émissions 2013

Sept jours loin du monde : la passion selon Reijasse !

Téléchargez l’émission du 20 mai avec Jerome Reijasse et Gregory Protche

Écoutez l’émission du 20 mai avec Jerome Reijasse et Gregory Protche

reijasse-livreDans « Sept jours loin du monde », le receuil de ses chroniques irrégulomadaires sur le site du grigri International, qui parait ces jours-ci aux éditions du grigri, on découvre le journal de bord de Jérôme Reijasse. Agé d’une quarantaine d’années, ce journaliste à la télévision et à « Rock&Folk », réalisateur de documentaires musicaux avait déjà consigné en 2010 ses mémoires de supporter du PSG dans « PARC, Tribune K, Bleu bas » édité chez  L’œil d’Horus, collection « Tard Le Soir ». Aujourd’hui il nous fait partager ses réflexions et ses passions notamment pour le PSG dont il a été un fervent supporter avant que les « nouvelles règles du jeu » imposées au peuple des tribunes ne le pousse à séserter le parc, son « église ». Avec pudeur et (vraie) modestie, Jérôme nous livre ses admirations et ses découvertes, nous donne envie de lire la biographie de Charlie Bauer, de regarder les films de Sacha Guitry, d’écouter Burgalat ou encore d’aller voir Didier Super sur scène… Il célèbre aussi l’amitié, notamment celle qui le lie à son éditeur, Grégory Protche, la paternité, la convivialité d’un repas entre amis… La complicité entre collègues… qui ne va quand même pas jusqu’à lui faire accepter le salariat. Au fil des pages se dessine le portrait en creux d’un garçon ouvert, curieux, mais extrement résistant aux injonctions du prêt à penser,  Lire la suite et partager »