Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Radio : émissions 2015

La mode entre tissage et métissages

Ecoutez l’émission du 7 septembre avec Marie POinsot, Anne Grosfilley, Emmanuel Lallement, Isabelle Hanifi, Imane Ayissi, Nancy L. Green et Anne Monjaret

fashon mixCette émission en partenariat avec la revue Hommes et Migrations, est consacrée à la manière dont les migrations influencent les manières de se vêtir, de se coiffer et de traiter son corps dans l’espace grâce à l’habillement. A l’occasion de l’exposition Fashion Mix présentée conjointement par le Musée national de l’histoire de l’immigration et le Palais Galliera, la revue a souhaité croiser le thème de la mode et des flux migratoires pour analyser ce que ce secteur qui fait la renommée de l’hexagone doit aux apports des migrations.
L’émission se propose de suivre toutes les étapes de la filière de la confection et ses conséquences sur les habitudes vestimentaires avec Anne Monjaret, ethnologue et directrice de recherche au CNRS – EHESS qui aborde la place de ces thèmes dans la recherche en France et à l’étranger, Nancy L. Green, directrice d’études à l’EHESS, qui présente l’histoire de la confection et le rôle des migrants dans ce secteur économique, Anne Grosfilley, ethnologue, Lire la suite et partager »

Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Radio : émissions 2015

Les travailleurs étrangers à la retraite vieillissent-ils comme tout le monde ?

Ecoutez l’émission du 1er juin avec Fatima Mezzouj, Emmanuel Jovelin et Marie Poinsot

© Camille Millerand

Le troisième âge de l’immigration, auquel est consacrée  la nouvelle parution (janvier – mars 2015) de la revue Hommes et Migrations, recouvre une grande diversité de situations sociales, économiques et sanitaires en rapport avec les parcours individuels et familiaux que les migrants ont pu avoir en France. L’entrée dans le grand âge des populations immigrées est une problématique qui émerge depuis quelques décennies au fur et à mesure des départs à la retraite de ceux qui étaient venus travailler ici. Avec des revenus diminués, la question de l’accès au logement décent, aux soins et aux dispositifs publics de prise en charge se pose. Les conditions de dépendance et de survie parfois soulignent la grande précarité de ceux, notamment les chibanis,  qui n’existent plus comme force de travail et se retrouve parfois très isolés. L’accompagnement des familles face à la maladie d’un parent et la question de la fin de vie, du décès et du choix de lieu de sépulture mettent en évidence la complexité des liens entretenus avec le pays d’origine et aux siens.
Pour répondre à tous ces questionnements, Fatima Mezzouj, doctorante en sociologie à l’université de Pierre Mendès –France et membre du laboratoire PACTE, develope entre autres la question des choix d’inhumation des Maghrébins âgés vivant en France ; Emmanuel Jovelin, professeur de sociologie, Lire la suite et partager »

Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Radio : émissions 2015

Mémoires arméniennes : parcours singuliers, Histoire commune

Ecoutez l’émission du 4 mai avec Laure Piaton, Marie Poinsot, Pierre Mampreyan, Jacques Bedrossian et Robert Guédiguian

Réunis à l’appel d’un collectif d’ONG turques et internationales, les manifestants se sont successivement retrouvés devant l’ancienne prison, aujourd’hui Musée des arts islamiques, où furent détenus les premiers Arméniens arrêtés le 24 avril 1915 et à la gare d’Haydarpasa, d’où ils furent ensuite déportés.  Sous l’oeil des forces de l’ordre, ils ont exhibé des portraits des victimes tuées en 1915 et des pancartes Reconnaissez le génocide!, en turc, en arménien et en anglais.

Réunis à l’appel d’un collectif d’ONG turques et internationales, les manifestants se sont successivement retrouvés devant l’ancienne prison, aujourd’hui Musée des arts islamiques, où furent détenus les premiers Arméniens arrêtés le 24 avril 1915 et à la gare d’Haydarpasa, d’où ils furent ensuite déportés.
Sous l’oeil des forces de l’ordre, ils ont exhibé des portraits des victimes tuées en 1915 et des pancartes Reconnaissez le génocide!, en turc, en arménien et en anglais.

Le 24 avril 2015 marque la commémoration du centenaire du premier génocide du XXe siècle.Les massacres et les déportations des Arméniens de l’Empire ottoman entre 1915 et 1917 firent près d’un million et demi de morts. Le combat de leurs descendants pour que soit nommé et reconnu à la hauteur de sa gravité ce que leurs aïeux ont subi, continue… 100 ans après il s’agit donc de « faire passer » la mémoire pour qu’enfin la vérité fasse histoire.  C’est avec l’ambition d’y prendre sa part que cette émission en partenariat avec la revue  Hommes et Migrations évoque ces mémoires arméniennes, à travers les témoignages de Jacques Bedrossian et Pierre Mampreyan deux donateurs d’origine arménienne, de la collection de la Galerie de dons du Musée de l’histoire de l’immigration et Robert Guédiguian, réalisateur d’origine arménienne. Laure Piaton, directrice du Centre du Patrimoine arménien, situé à Valence, qui propose cette année une belle programmation sur « les Arméniens avant la nuit », nous explique ses missions de consolidation de l’histoire arménienne à travers la circulation des mémoires et l’ouverture à un large public.  Lire la suite et partager »

Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Radio : émissions 2015, Rencontres, débats ...

Le difficile Pari(s) des immigrés

Ecoutez l’émission du 9 mars avec Albena Tcholakova, Marie Poinsot et Arnaud Veisse
paris ss papCette émission en partenariat avec la revue Hommes et Migrations, aborde le Paris des migrants sous l’angle des réalités des demandeurs d’asile, des réfugiés et des sans-papiers. C’est un autre visage de l’immigration dans la capitale que propose donc cette émission, où les difficultés des routes de l’exil et des situations quotidiennes de ceux qui sont condamnés souvent à l’invisibilité et à la survie, contrastent avec l’hyper focalisation dont ils sont la cible dans les médias et les discours politiques. Au-delà de la prise en compte de leurs situations, complexes et différentes selon les profils des migrants, il s’agit aussi d’aborder les mobilisations collectives et les soutiens associatifs qui s’expriment en faveur de ces populations migrantes pour défendre leurs droits et favoriser leur insertion et participation à la société française, malgré un contexte général propice à la suspicion et au rejet de l’autre. La région parisienne est-elle un territoire particulier ?
Pour traiter ses questions, Albena Tcholakova, post-doctorante en sociologie au CRESPPA (centre de recherches sociologiques et politiques de Paris ), co-auteure d’un article sur les réfugiés dans l’état des savoirs sur les migrations et les mutations de la société française, et Arnaud Veisse, directeur général du réseau COMEDE qui se mobilise notamment sur la santé des migrants.

Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Radio : émissions 2014

Quand les talents africains s’expatrient !

Téléchargez l’émission du 15 septembre avec Marie Poinsot, Hamidou Dia, Christelle Hounsou, Imane Ayissi et Barthélemy Toguo

Ecoutez l’émission du 15 septembre avec Marie Poinsot, Hamidou Dia, Christelle Hounsou, Imane Ayissi et Barthélemy Toguo

BtoguoUne émission en partenariat avec la revue Hommes et Migrations, avec
Hamidou Dia, chercheur à l’Institut de Recherches et Développement et coordinateur du dossier et spécialiste des migrations qualifiées et Christelle Hounsou, doctorante à l’Unité de Recherche Migrations et société (URMIS), qui travaille sur les professionnels de santé d’origine africaine en France durant laquelle interviennent également Imane Ayissi, créateur de mode d’origine camerounaise à Paris, ancien mannequin et également auteur de contes africains
et Barthélemy Toguo, artiste plasticien et créateur au Cameroun d’une fondation pour l’art contemporain Bandjoun Station.

Les flux migratoires ont changé de nature avec la mondialisation. Des migrations de personnes dotées de diplômes universitaires ou de qualifications professionnelles pointues, quittent leur pays pour compléter leur formation initiale ou trouver des emplois plus adaptés à leurs compétences qu’elles ne trouvent malheureusement pas sur le marché du travail d’origine. Les femmes sont également de plus en plus candidates au départ, pour des raisons personnelles aussi. De plus, ces migrations concernent aussi des artistes, qui viennent mettre leurs talents et leur créativité à profit sur les scènes artistiques internationales, dont Paris, tout en maintenant avec leur société d’origine des liens forts et producteurs de nouvelles initiatives.
Quelle place a pris le continent africain dans ces migrations qualifiées qui se déploient sur l’ensemble de la planète et pas seulement du Sud vers le Nord ? Lire la suite et partager »

Agenda, Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Livres, Radio : émissions 2014, Rencontres, débats ...

Ecrire la migration !

Téléchargez l’émission du 2 juin avec Amandine Spire, Delphine Leroy, Elisabeth Lesne, Faiza Guene et Fabienne Kanor

Ecoutez l’émission du 2 juin avec Amandine Spire, Delphine Leroy, Elisabeth Lesne, Faiza Guene et Fabienne Kanor

couvCette émission en partenariat avec la revue Hommes et Migrations aborde le thème  « Ecrire la migration », à l’occasion de la sortie en juin d’un dossier consacré aux relations entre migrations et  écritures, mais aussi en avant première de la soirée de remise du prix littéraire de la Porte Dorée, le 4 juin à 19h00 au Musée de l’histoire de l’immigration, qui depuis 5 ans sélectionne un roman de langue française portant sur l’exil, les migrations, l’altérité etc. Cette émission porte sur la mise en récit des migrations, comme ressources de travaux de recherche ou comme fiction romanesque.

Quels sont les processus qui permettent de traduire en récit les témoignages des migrants ? Quelles sont les démarches, les angles, les enjeux qui président à ces écritures sur les mobilités humaines ? Comment ces récits mettent -ils en forme les parcours et les expériences individuelles ou collectives qui s’y rattachent ? Comment peuvent-ils transgresser les préjugés habituellement dévolus aux phénomènes migratoires en donnant une voix aux acteurs de ces migrations ? Le passage à la fiction est-il nécessaire? D’autres types de narration sont-ils tout aussi importants ?
Pour répondre à ces questions, Eugénie Barbezat et Marie Poinsot invitent Amandine Spire, Maître de conférences à l’Université de Paris 7 Diderot qui analyse la manière dont les entretiens mobilisent des échelles temporelles et spatiales propres et tendent à recomposer les trajectoires des migrants sous forme de narration imposée.  Delphine Leroy, doctorante à l’Université de Paris 8, montre que la retranscription des récits de vie de migrants dans le cadre d’une recherche introduit des postures éthiques et méthodologiques qui relèvent leur part de trahison. Elisabeth Lesne-Springer, responsable du prix littéraire de la Porte Dorée nous présentera la shortliste de l’édition 2014 et dégagera les grandes orientations qu’emprunte  la littérature française quand elle évoque l’exil. Fabienne Kanor, auteure  de Faire l’aventure (JC Lattès), et Faïza Guene, auteure de Un homme, ça ne pleure pas (ed Fayard) nous livrent leurs réflexions sur les ressorts de leur roman récent.

En tant que processus, la migration incite à prendre en compte l’histoire de vie du migrant, restituée sous forme de récit. Entre questionnement expérientiel, existentiel et scientifique, la biographisationi est reformulée à de multiples fins, en différents espaces et selon des temporalités qui influent sur la construction du récit. L’imbrication de ces temporalités dans les trajectoires de mobilité est rappelée par Catherine Quiminal : “Tout immigré est aussi un émigré dont on ne saurait ignorer l’histoire passée et présenteii.” Le récit des déplacements géographiques, désirés ou subis, somme l’individu d’opérer une remise en forme et en sens de certaines de ses pratiques, de ses représentations, et in fine de son identité, invitant ainsi à questionner les catégories utilisées dans les études migratoires.

Lire la suite et partager »

Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Radio : émissions 2014

Les relations intimes entre migrations et créations musicales

Téléchargez l’émission du 30 juin avec Marie Poinsot

Ecoutez l’émission du 30juin avec Marie Poinsot

Syllart RecordsIbrahima-Sylla-producteur-syllart-production-musique-africaineEcoutez l’émission avec François Bensignor, journaliste spécialiste des musiques du monde, chroniqueur régulier dans Hommes et Migrations, et commissaire de Great Black Musique, l’exposition qui se tient à la Cité de la Musique à Paris jusqu’au 24 août 2014 (salle Mama Africa), évoque cette présence des musiciens africains en France, notamment à partir de l’exemple de Ibrahima Sylla décédé en décembre dernier et producteur de plusieurs labels dont il avait présenté un portrait dans le numéro de la revue au début de l’année 2014.  Binetou Sylla, la fille de Ibrahima qui reprend le label Syllart Records fondé par son père en 1981 nous explique la démarche qui est la sienne.
Tout ce programme, spécial musique africaine, est illustré par des morceaux choisis par François Bensignor.

On oublie souvent que la France s’est enrichie des musiques venues d’ailleurs. Beaucoup d’artistes, compositeurs ou interprètes, sont venus en France pour se former ou faire carrière et leurs musiques ont permis une ouverture de la scène française aux musiques du monde. Lire la suite et partager »

Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Radio : émissions 2014

Les objets et archives de familles immigrées entrent au musée !

Téléchargez l’émission du 5 mai avec Marie Poinsot, Hélène Du Mazaubrun, Fred,Damien Roudeau, Pierre Mampreyan et jacques Bédrossian

Ecoutez l’émission du 5 mai avec Marie Poinsot, Hélène Du Mazaubrun, Fred,Damien Roudeau, Pierre Mampreyan et Jacques Bédrossian

violon-tchc3a8queA l’occasion de l’ouverture aux publics de la Galerie des Dons* du Musée de l’histoire de l’immigration, cette émission est consacrée à la question des récits de migrants, souvent anonymes, qui se cristallisent autour d’objet transmis de générations en générations et qui ont été acquis par ce Musée pour rentrer dans les collections. Quel sens ont ces objets pour les donateurs ? Comment incarnent-ils des mémoires qui s’agrègent à la grande Histoire ? Quelles relations les donateurs entretiennent-ils avec un musée qui fabrique du patrimoine à partir de la grande diversité de ces dons ? Avec Marie Poinsot la rédactrice en chef de la revue Hommes et Migrations,  nous évoquons ces questions en compagnie d‘Hélène Du Mazaubrun, responsable de cette collection de la Galerie des Dons ainsi que deux donateurs, Pierre Mampreyan et Melkon Bédrossian, tous deux cousins et d’origine arménienne.

Quant aux artistes Damien Roudeau et Frédérique ils se sont emparé à leur façon de cette question avec  un atelier initié par les Carnettistes Tribulants, un collectif de onze artistes qui en mars dernier ont créé une fiction, presque une légende, à partir des objets de la Galerie des Dons, sous forme de carnets de voyage avec la participation du public présent au Musée de la Porte Dorée. Lire la suite et partager »

Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Radio : émissions 2013

Migrants en milieux ruraux en Europe : les esclaves invisibles de la production intensive et de l’industrie agro-alimentaire.

Téléchargez l’émission du 1er juillet avec Marie Poinsot, Romain Filhol, Yoanne Lamoulere, Emmanuelle Hellio, Nicolas Duntz et Chantal Crenn

Écoutez l’émission du 1er juillet avec Marie Poinsot, Romain Filhol, Yoanne Lamoulere, Emmanuelle Hellio, Nicolas Duntz et Chantal Crenn

HM-mondes rurauxDans le numéro de juillet de cette émission en partenariat avec la revue Hommes et Migrations, nous allons nous pencher sur les migrations en milieux ruraux. Ces flux migratoires et les réalités sociales et économiques qui s’y rattachent sont loin d’être un phénomène marginal et ponctuel. L’histoire de l’immigration en France atteste au contraire d’une présence ancienne dans certaines régions comme la Picardie, La région Centre et Midi-Pyrénées par exemple. Un phénomène peu connu et peu étudié  parce que resté souvent invisible. De nos jours, les systèmes mis en place par les exploitations agricoles et les entreprises du secteur agro-alimentaire ne peuvent plus se passer de la contribution  de migrants saisonniers extrêmement flexibles, qui sont peu rémunérés, mal logés et qui travaillent dans des conditions souvent précaires voire illégales. Lire la suite et partager »

Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Films, Livres, Théâtre

Quelles representations, au théâtre et au cinéma, des jeunes issus de l’immigration et de leur(s) avenir(s) ?

Téléchargez l’émission du 25 mars avec Julien Abraham, Dominique Lurcel et Marie Poinsot

Écoutez l’émission du 25 mars avec Julien Abraham, Dominique Lurcel et Marie Poinsot

la-cita-rose-a-ses-rappeursDans cette émission en partenariat avec la revue Hommes et Migrations, il est question de la manière dont les jeunes issus de l’immigration sont représentés au théâtre et au cinéma. Avec Julien Abraham, le réalisateur du film La Cité Rose, actuellement en salles et Dominique Lurcel, metteur en scène de la pièce Pays de Malheur !, adaptée du roman « sociologique » de Stéphane Beaud et Younes Amrani. pays-de-malheur

A travers leurs deux réalisations, une comédie sensible et profonde pour l’un et un spectacle où se mêlent danse, texte et vidéo pour l’autre, se dessinent des approchent à la fois différentes et complémentaires de la perception des jeunes d’origine étrangère face à la réussite sociale. Entre « exception » et stigmatisation, ont-ils le droit à la « normalité » ? Le débat politique met l’accent sur la crise du modèle d’intégration et stigmatise certains jeunes d’origine étrangère pour leurs performances dans les secteurs clé de l’insertion, à savoir l’école, la formation et l’insertion professionnelle. Qu’en est-il des trajectoires des descendants de migrants ? D’autres facteurs comme les inégalités sociales, des ségrégations urbaines, des discriminations fondées sur l’origine semblent structurer l’accès de ces jeunes à la société française….

Lire la suite et partager »