Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Radio : émissions 2015, Rencontres, débats ...

Le Paris des Asiatiques

Ecoutez l’émission du 2 février avec Marie Poinsot, Delon Madavan, Richard Beraha, Hadrien Dubucs et François Roman
paris asiatiquePoursuivant sa découverte du Paris des migrants, cette émission en partenariat avec la revue Hommes et Migrations aborde la présence des migrants asiatiques dans la capitale.
L’idée d’une migration récente en provenance de Chine, d’Asie du Sud Est ou du sous continent indien a la vie longue alors que certaines histoires migratoires sont bien implantées dans Paris depuis le début du XXe siècle au moins. Au-delà des images d’activisme commercial et de processions à l’occasion du nouvel an lunaire ou des fêtes de certaines divinités, la visibilité croissante de ces migrations asiatiques ne peut pas pour autant évacuer l’extrême complexité de leur trajectoire migratoire, de leurs projets individuels ou familiaux dans l’espace parisien, de leurs liens sociaux avec d’autres Parisiens d’ici ou venus d’ailleurs. Quels sont les parcours résidentiels de ces migrants ? Y-a-t-il des quartiers parisiens qui les accueillent davantage ? Comment considèrent-ils leur vie parisienne ? Peut-on parler d’une mise en tourisme « culturel ou patrimonial» de leur présence à Paris ? Pour répondre à toutes ces questions qui mettent l’accent sur la diversité des profils et des situations de ces migrations asiatiques, Delon Madavan, géographe et post-doctorant au Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora à l’université du Québec à Montréal, Richard Beraha, enseignant à l’IEP de Paris et spécialiste des Wenzhous en France, et Hadrien Dubucs, géographe et maître de conférences à l’UFR de géographie et d’aménagement de l’université Paris-Iv Sorbonne et spécialiste des migrants japonais à Paris. François Roman, fondateur de lapetitecouronne.tv montrera aussi comment un magazine des cultures peut parler autrement de ces Parisiens d’origine asiatique à travers deux portraits filmés réalisés récemment.

Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Films, Livres, Radio : émissions 2014, Rencontres, débats ..., Théâtre

France-Viet Nam : une histoire coloniale et migratoire à exhumer avant qu’elle ne tombe dans les limbes de l’oubli

Téléchargez l’émission du 3 février avec Lam Le, Stéphane Ly-Cuong, Laetitia Van Eeckhout, marie Poinsot, Pierre Daum et Doan Cam Thi
Ecoutez l’émission du 3 février avec Lam Le, Stéphane Ly-Cuong, Laetitia Van Eeckhout, marie Poinsot, Pierre Daum et Doan Cam Thi

congbinA l’occasion de l’ouverture de la saison France-Vietnam nous avons choisi dans cette émission en partenariat avec la revue Hommes et Migrations, d’aborder la question des migrations indochinoises en France dans leur dimension à la fois historique, mais aussi sociale, économique et culturelle avec Laetitia Van Eeckhout, journaliste au quotidien Le Monde et coordinatrice d’un dossier pour la revue Homme et Migrations à paraître en mars 2014 sur ces migrations vietnamiennes en France, Lam Lê réalisateur du documentaire intitulé Cong Binh, la longue nuit indochinoise (2012), Stéphane Ly-Cuong : auteur et metteur en scène de la comédie musicale le Cabaret citronPierre Daum, journaliste et auteur, entre autre de l’ouvrage : Immigrés de force : les travailleurs indochinois de la seconde guerre mondiale (2009) et Doan Cam Thi, Maître de conférences à l’INALCO, spécialiste de la littérature vietnamienne.

C’est dans une certaine discrétion qu’a débuté l’année du Viêt Nam en France en ce premier semestre 2014. Pourtant, nous avons avec ce lointain pays du Sud-Est asiatique une longue, et douloureuse histoire commune. Elle passe d’abord par l’accaparement, en 1858, du Sud du pays, qui devient la colonie de Cochinchine. En 1887, après la guerre Franco Chinoise, l’ensemble de l’actuel Viet Nam est annexé par la France et devient l’Indochine française. L’exploitation coloniale, dont on verra quelques exemple assez peu connus durant cette émission, va se poursuivre jusqu’à la seconde guerre mondiale, avant que la guerre Lire la suite et partager »

Films, Manifestations, Radio : émissions 2014, Rencontres, débats ...

Les frontières : lignes de partage du monde ou points de cristallisation d’un apartheid économique.

Téléchargez l’émission du 6 janvier avec Marie Poinsot, Catherine Wihtol de Wenden, Anne Luthaud, Yvan Gastaut, Jonathan Millet
Ecoutez l’émission du 6 janvier avec Marie Poinsot, Catherine Wihtol de Wenden, Anne Luthaud, Yvan Gastaut, Jonathan Millet
ceutaSi certaines frontières s’estompent devenant de simples routes que l’on traverse aisément pour faire des allers-retours, d’autres, au contraire, sont des barrières infranchissables que les migrants tentent de passer au péril de leur vie. Depuis une décennie, la mondialisation n’a pas libéré les frontières qui se sont multipliées. Chaque frontière inclue sa propre logique, son périmètre et surtout ses outils de contrôle. Certaines sont imaginaires, inscrites dans le rapport à l’altérité, d’autres sont bien concrètes, traduisant un rapport de force conforté par la loi et certaines dont  renforcées par un véritable arsenal, comme c’est le cas en Europe avec Frontex. Ces points de passage restreignent de plus en plus la liberté de circulation des hommes et des femmes qui fuient des situations politique, économique ou écologique, désastreuses pour survivre ou aller chercher un meilleur destin ailleurs. Certaines frontières laissent les hommes en transit permanent.
Catherine Wihtol de Wenden, politologue et directrice de recherches au CERI et Yvan Gastaut (en direct depuis Nice), historien et chercheur associé à l’Urmis  tous deux coordinateurs du dossier consacré aux frontières de la revue Hommes et Migrations, évoquent les modes opératoires de ces frontières contemporaines et leurs conséquences sur les territoires, les populations et les politiques publiques des pays qu’elles bordent. Jonathan Millet, coréalisateur du documentaire « Ceuta, douce prison » (en salles le 29 janvier) qui suit les trajectoires de cinq migrants dans l’enclave espagnole de Ceuta, au nord du Maroc, nous apporte un éclairage rare et précieux sur les frontières du point de vue de ceux dont elles freinent le destin. Anne Luthaud, déléguée générale du Groupe de recherches et d’essais cinématographiques (GREC) présente la résidence du Grec au Musée de l’histoire de l’Immigration sur le thème des frontières Lire la suite et partager »

Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Films, Livres, Manifestations, Radio : émissions 2013, Rencontres, débats ...

Egalité : 30 ans qu’on nous fait marcher ?

Téléchargez l’émission du 2 décembre avec Nadia Hathroubi-Safsaf, Marilaure Mahé, Ahmed Boubeker, Mohammed Ouaddane et Marie poinsot
Ecoutez l’émission 2 décembre avec Nadia Hathroubi-Safsaf, Marilaure Mahé, Ahmed Boubeker, Mohammed Ouaddane et Marie poinsot

marche-egaliteLors de l’émission du 2 décembre 2013 en partenariat avec la revue Hommes et Migrations, avec Marie Poinsot (rédactrice en chef de la revue H&M) nous analysons la commémoration des 30 ans de la  marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983. Que sont les enfants des marcheurs devenus, connaissent-ils les luttes de leurs parents ? Quel sens peut avoir une telle commémoration dans la société actuelle? Que demandaient les marcheurs de 83, puis ceux du mouvement convergence en 1984 ? Quid du « hold-up » de SOS racisme sur le mouvement ? Pour nous éclairer sur le sujet, Nadia Hathroubi-Safsaf, rédactrice en chef du Courrier de l’Atlas et auteure de « La longue Marche pour l’égalité » (Ed. Les points sur les i), qui retrace l’histoire de la marche et ses prolongements actuels ; Marilaure Mahé, marcheuse et auteure de En marche (roman, Ed Sokrys) qui apporte son témoignage personnel sur la réalité et la perception du mouvement à l’époque et analysera sa prise en compte (ou pas) au cours des décennies suivantes ; Mohammed Ouaddane, coordonnateur du réseau Mémoires-histoire en Île-de-France et membre du collectif national pour l’égalité des droits et la justice pour tou-te-s, qui appelle à un rassemblement à Paris le samedi 7 décembre et travaille à un programme comportant des propositions concrètes pour qu’enfin la France devienne un pays démocratique qui  n’exclut aucun de ses citoyens. Dans un entretien réalisé par Marie Poinsot, Ahmed Boubeker, sociologue à l’Université de Saint-Etienne, Centre max Weber, et contributeur du dossier chroniques sur La Marche dans le prochain numéro de Hommes et Migrations regrette que la mise en avant de la « lutte contre le racisme », une notion abstraite et consensuelle, ait occulté les légitimes revendications d’égalité de droits et de traitement   qui étaient celle des premiers marcheurs. Des extrait de l’excellent documentaire Lire la suite et partager »

Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Radio : émissions 2013

La photo comme vecteur de memoire(s) … et construction d’histoire(s).

Téléchargez l’émission du 3 juin avec Marie Poinsot, Ettore Malanca et Mohammed Ouadane

Écoutez l’émission du 3 juin avec Marie Poinsot, Ettore Malanca et Mohammed Ouadane

ettore

photo : Ettore Malanca

Le Réseau Mémoires & Histoires en Ile-de-France lance la seconde édition  de la biennale « Le Printemps de la Mémoire » du 13 mai au 13 juin 2013. Au programme :  réflexions, débats et initiatives culturelles sur le travail de mémoire engagé par les acteurs et le milieu de la recherche sur les questions des migrations, du travail, des villes et des quartiers.

A cette occasion sont réunis sur le plateau de liberté sur paroles, Marie Poinsot, de la revue hommes et migrations, Mohammed Ouaddane, coordinateur du Réseau Mémoires-Histoires en Ile-de-France, et Ettore Malanca, photographe qui a mené, autre autres, un travail sur l’image des habitants des quartiers populaires avec le projet Agora-Miroirs. Ensemble ils evoquent les question de la mémoire des quartiers populaires et de certaines populations reléguées et analysent la place de l’image photographique dans la constitution d’une Histoire des populations et/ou des quartiers qui sont exclus des représentations « officielles ». Lire la suite et partager »

Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Radio : émissions 2013

Portugal-France, un aller sans retour ? Regard sur 50 ans d’immigration portugaise.

Téléchargez l’émission du 6 mai Marie Poinsot, Victor Pereira, Gérald Bloncourt, Marie-Christine Volovitch-Tavares, Irène Dos Santos et Léa Barreau Tran

Écoutez l’émission du 6 mai avec Marie Poinsot, Victor Pereira, Gérald Bloncourt, Marie-Christine Volovitch-Tavares, Irène Dos Santos et Léa Barreau Tran

bloncourtCette émission en partenariat avec la revue Hommes et Migrations est consacrée  à l’histoire des migrations portugaises en France,  à l’occasion de l’exposition  » Pour une vie meilleure » qui présente des photographies de Gérald Bloncourt  prises en France et au Portugal entre 1954 et 1974 et qui se tient au Palais de la Porte dorée du 14 mai au 31 juillet.
Marie-Christine Volovitch-Tavares, historienne et vice-présidente du CERMI ( Centre d’études et de recherches sur les migrations ibériques), qui travaille depuis longtemps sur l’histoire de l’immigration portugaise en Île-de France retrace les étapes et les caractéristiques de ces migrations massives dès les années 1950 mais restées longtemps invisibles dans la société française car elles ont bénéficié des années de croissance économique des trente glorieuses.
Victor Pereira, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Pau, expliquera l’intérêt d’analyser cette migration du point de vue du pays d’origine, en l’occurrence le Portugal.
Gérald Bloncourt se rappelle sa première visite, dans les années 50 au bidonville de Champigny, puis évoque les migrants avec qui il fait le trajet du passage des frontières avant, en 1974 d’être l’un des premiers photographes indépendants à se mêler aux foules des rues de Lisbonne lors de la révolution des œillets.
Puis Léa Barreau Tran, doctorante à sciences Po Bordeaux évoque les 100 ans du train Sud express qui relie les régions de départ des migrants à la gare d’Austerlitz Lire la suite et partager »

Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Radio : émissions 2012

Les Rroms entre mythe(s) et réalité(s)

Téléchargez l’émission du 5 novembre avec Saïmir Mile, Jean-françois Joly et Valentine Goby
Écoutez l’émission du 5 novembre avec Saïmir Mile, Jean-françois Joly et Valentine Goby

 

Dans cette émission en partenariat avec la revue hommes et Migrations, avec Marie Poinsot nous tentons de comprendre et de faire comprendre à nos auditeurs l’origine géographique et culturelle des Rroms et leurs trajectoires migratoires en Europe. Il s’agit aussi d’analyser la situation actuelle des Rroms, comme les discours et pratiques discriminatoires dont ils sont la cible. Et de mettre à mal les clichés qui collent à la peau de cette population de près de 11 millions de personnes en Europe, trop souvent confondues avec les gens du voyage. Pour nous éclairer sont présents sur me plateau :  Saimir Mile, enseignant de la langue Romani à l’Inalco et représentant de La voix des Rroms, le photographe Jean-François Joly qui présente une série photographique sur les Rroms, et au téléphone, Valentine Goby qui a sorti à la rentrée aux éditions Autrement un joli livre jeunesse sur le récit de Lyuba, ou la tête dans les étoiles et enfin, en bonus,  Christine Pellicane, directrice artistique de Tamèrantong, une compagnie de théâtre qui fête ses 20 ans,  nous explique sa démarche et son fonctionnement en ce qui concerne la lutte contre les discriminations notamment celles dont sont victimes les Rroms aujourd’hui.

Lire la suite et partager »

Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Radio : émissions 2012

L’immigration : une chance pour l’école !

Téléchargez l’émission du 1er octobre en partenariat avec la revue hommes et migrations
Écoutez l’émission du 1er octobre avec Marie Poisot,Kamel Kateb, Bernardo Toro, Nadine Croguennec-Galland et Inès

Un petit mois après la rentrée scolaire, nous avons choisi, dans cette émission en partenariat avec la revue Hommes et migrations d’aborder la problématique des migrations à l’école à travers plusieurs axes :

– les idées fausses sur la scolarisation des enfants de migrants,

-les atouts du multilinguisme et plus généralement de la présence des enfants de migrants pour l’école,

-la manière dont l’histoire de l’immigration est abordée dans les programmes scolaires et les projets mis en œuvre dans les établissements scolaires pour rendre compte de l’altérité, de la diversité des cultures, de la mémoire des migrations.

Pour en parler, avec Marie Poinsot nous avons réuni sur ce plateau :

Kamel Kateb, chercheur démographe à l’Ined, qui travaille sur les caractéristiques de l’immigration algérienne en France et a contribué au dernier dossier le revue France-Algérie : le temps du renouveau,

Bernardo Toro, écrivain d’origine chilienne, qui évoquera une expérience de résidence d’écriture de la région Île-de-France, avec différentes sections du lycée Jean Rostand et leurs enseignants. Son intervention était au cœur d’un dispositif pluridisciplinaire, depuis la littérature à la musique en passant par le théâtre et la vidéo. Trois axes étaient abordés : l’exil et la construction de soi, l’invention littéraire et la réalité sociale, l’effondrement des certitudes. Il a donné lieu à la rédaction de nouvelles par les élèves, publiées dans un recueil intitulé Rue Saint Ambroise.

On entendra également le témoignage de Nadine Croguennec-Galland professeure coordonnatrice du CASNAV*à Paris.

*Centre académique pour la scolarisation des élèves nouveaux arrivants et enfants du voyage. Auteur de

La classe au bout du voyage. le quotidien de jeunes migrants raconté par leur professeur. Éditions L’Harmattan, 2009.

« Ma classe n’est pas tout à fait comme les autres classes, mes élèves ne sont pas tout à fait comme les autres élèves. Ils viennent du monde entier, ils ont souvent traversé des océans, des déserts, des continents… Pour arriver jusqu’ici, ils ont voyagé légalement ou clandestinement, confortablement ou dans les pires conditions. Ma classe est une classe d’accueil, j’y reçois tous les élèves sans distinction, avec ou sans papiers. »

A travers les récits croisés de ses élèves, l’auteure nous invite à partager avec émotion le parcours de jeunes migrants arrivés en France, souvent au péril de leur vie, et pour qui l’école représente l’espoir d’une nouvelle vie. Et on entendra également une élève d’une école du 20e arrondissement parisien qui nous racontera comment est perçu la diversité culturelle au sien de sa classe.

On entendra également, Inès, une élève d’une école du 20e arrondissement parisien qui évoquera la manière dont la diversité culturelle se vit au sein de sa classe. Lire la suite et partager »

Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Radio : émissions 2012

Participation au vote, à la vie associative et culturelle : quid de l’engagement des citoyens français issus de l’immigration algérienne… et de leur(s) representation(s) ?

Écoutez l’émission du 2 avril avec Marie Poinsot, Mustapha Harzoune, Naima Yahi et Vincent Tiberj

A l’occasion de la parution de son dossier consacré à cinquante ans d’immigration algérienne en France, Liberté sur Paroles et la revue Hommes et Migrations reviennent sur la situation des immigrés algériens et de leurs descendants dans la société française. Quelles sont les évolutions marquantes de cette immigration sur plusieurs décennies ? Quelles sont les modalités de participation des Algériens et de leurs enfants à la société civile ? Comment lutter contre les représentations stéréotypées sur cette population, héritées de l’histoire coloniale et de la guerre d’indépendance ? Quelles sont les expressions culturelles et artistiques qui tentent d’acquérir une visibilité et de mettre en avant des singularités dans les domaines aussi vastes que la littérature, le cinéma ou la musique en vivifiant les codes esthétiques. Pour aborder ces questionnements : Mustapha Harzoune, journaliste et chroniqueur littéraire de la revue, qui nous présente les orientations éditoriales de ce dossier, Vincent Tiberj, politologue et chercheur au Centre d’études européennes de Sciences-Po, qui analyse la participation des immigrés algériens et de leurs descendants à la vie politique française à partir des résultats de l’enquête menée par l’Ined et Insee, Trajectoires et Origines, et Naïma Yahi , historienne, directrice de Pangée Network, qui évoque la présence des Algériens au cinéma.

Lire la suite et partager »

Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Expositions, Radio : émissions 2012

Les musées liés à l’immigration : lieux de consignation de mémoire(s) et d’ histoire(s) et/ou vecteur d’un changement de perception des citoyens venus d’ailleurs ?

Écoutez l’émission du 6 février avec Marie Poinsot, Agathe Konaté, Yvon Le Bot, Jacques Toubon et Alexandra Poli

A l’occasion de la parution du numéro de la revue Hommes et Migrations intitulé :  « L’immigration dans les musées : une comparaison internationale« ,  avec Marie Poinsot, sa rédactrice en chef, nous consacrons cette première émission de 2012 aux  musées qui rendent comptent de l’histoire des migrations. Avec nos invités : les sociologues Yvon Le Bot et Alexandra Poli , que Agathe Konaté, la commissaire de l’exposition Nantais venus d’Ailleurs qui s’est déroulée au Musée des Ducs de Bretagne à Nantes en 2011, ainsi que Jacques Toubon, nous allons explorer  les thématiques proposées dans ces lieux au croisement de l’histoire, de la mémoire et de la création que sont les musée liés à l’immigration, les démarches choisies par chacun d’entre eux, les ressources utilisées, que ce soit au plan national, régional ou très local.

Une  mise en perspective des projets muséaux qui souligne combien les approches adoptées dépendent aussi des récits et des modèles culturels nationaux.

Durant l’émission notre réflexion s’articule autour des questions suivantes : Comment ces musées traitent l’histoire des migrations, avec quel récit et quel modèle culturel de la nation est-il sous tendu par les différentes expositions? En quoi participent-ils à une plus grande visibilité et reconnaissance de l’immigration sur leur territoire en contribuant à lutter contre les préjugés et le racisme ? Quel est l’apport des scientifiques (historiens, anthropologues, sociologues etc.) à l’élaboration intellectuelle des contenus et de leur organisation dans l’espace ? Est-ce que toutes les populations migrantes sont intégrées dans ces présentations ? Comment ces populations sont-elles impliquées ou non dans toutes les phases de la conception, mise en œuvre du projet de musée ou d’exposition, et également dans la médiation avec les visiteurs ?

Lire la suite et partager »