Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", Livres, Manifestations, Radio : émissions 2012, Rencontres, débats ...

Quid de la contribution des écrivains venus d’ailleurs à la langue, à la littérature et à la culture française ?

Écoutez l’émission du 4 juin 2012 avec Marie poinsot, Elisabeth Lesne, Nicolas Treiber, Amazigh Kateb, Khadi Hane, Anthony Goreau-Ponceaud et Michael Ferrier

A l’occasion de la remise, mercredi 6 mai à 19h du prix littéraire de la porte dorée, dont c’est la troisième édition et  qui récompense un auteur de langue française qui traite de l’exil parmi plus d’une dizaine de romans sélectionnés, le rendez-vous mensuel de la revue Hommes et Migrations et de l’émission Liberté sur Paroles, qui poursuit son questionnement sur la manière dont la création contemporaine appréhende les phénomènes migratoires, s’intéresse à la littérature. Comment celle-ci,  notamment de langue française, qui interroge-t-elle les relations complexes entre histoire des migrations, héritage colonial et relations culturelles entre les pays du Nord et du Sud ? Quid de l’arrivée dans le paysage littéraire hexagonal d’auteurs, souvent d’origine étrangère, qui expriment à travers leurs romans ou leurs essais toutes les facettes des expériences migratoires, des plus intimes aux plus collectives. Les thèmes abordés, les réalités décrites, les territoires visités, les réflexions véhiculées permettent également appréhender les des diasporas, à partir d’un regard, de l’intérieur.

Elisabeth  Lesne, responsable des cafés littéraires à la CNHI et instigatrice du prix littéraire de la Cité, Nicolas Treiber, spécialiste de la littérature de l’immigration africaine, Michaël Ferrier, professeur de littérature à l’université Chuo de Tokyo, lauréat 2011 du prix littéraire de la Porte dorée pour son roman  en 2011 paru chez Gallimard, Anthony Goreau-Ponceaud, maître de conférences à l’université de Bordeaux 4 et qui travaille sur littérature et diaspora tamoule, Khadi Hane, auteure de romans et de nouvelles, dont  Des fourmis dans la bouche, paru chez Denoël en 2010 et Amazigh Kateb nous donnent leur éclairage sur la manière dont les récits littéraires bousculent les représentations des migrants dans les sociétés d’accueil et tentent d’analyser de quelle manière ces textes font émerger de nouvelles écritures. Lire la suite et partager »

Emissions en partenariat avec la revue "Hommes et Migrations", radio : émissions 2011

Qui sont les Tamouls de France ?

Écoutez l’émission du 5 septembre avec Anthony Goreau-Ponceaud, Delon Madavan, Vasantha Yogananthan et Cedric Mayers

Un père et son fils lors de la minute de silence en hommage à S.P Thamilselvan, leader politique tamoul chargé des négociations pour la paix à Genève, tué lors d’un bombardement de l’armée gouvernementale en novembre 2007. L’association franco-tamoule de La Courneuve a organisé cette commémoration le 1er novembre 2010 et a inauguré une statue de bronze à l’effigie du leader martyr. La Courneuve, 11/2010.

A l’occasion de la parution d’un dossier de la revue Hommes et Migrations sur les diasporas sri-lankaises en Europe (N°1291, mai-juin 2011), avec Marie Poinsot, la rédactrice en chef de la revue,  Cédric Mayers, chef cuisinier tamoul arrivé en France il y a 12 ans, Anthony Goreau-Ponceaud, géographe et maître de conférences à l’université de Bordeaux IV, coordinateur du dossier de la revue, Delon Madavan, doctorant en géographie à l’université de Paris 4, qui évoquera ces diasporas tamoules au-delà de l’Europe, et le photographe Vasantha Yogananthan qui a réalisé plusieurs reportages sur cette population en Ile-de-France, nous abordons la question de la présence tamoule en France, une immigration peu connue mais qui gagne en visibilité sur Paris dans le quartier de La Chapelle, rebaptisé « Little Jaffna », et lors de la fête de Ganesh, célébrée dimanche 28 août dernier, avec son lot de cérémonies religieuses et son cortège dans les rues du 18 eme arrondissement parisien. Dans quel contexte les Tamouls sont-ils arrivés en France dans les années 80 et pourquoi ont-ils décidé de ne plus migrer vers la Grande-Bretagne ? Quelles sont les particularités sociales et culturelles de cette diaspora et inversement, de quelle manière les Tamouls perçoivent-ils la France ? Lire la suite et partager »